MANQUE D’ÉNERGIE ET D’ENTRAIN, FATIGUE, MANQUE D’APPÉTIT ET INDIFFÉRENCE – VOICI QUELQUES-UNS DES SYMPTÔMES DÉCRITS PAR DE NOMBREUSES PERSONNES SOUFFRANT DE DÉPRESSION. Mais comment peut-on reconnaître cette pathologie? Comment peut-on savoir si l’on est affecté par ce trouble mental ou si l’on traverse des périodes de tristesse intense? Quelle est la meilleure façon de traiter ce trouble psychique et que peut-on faire pour améliorer son bien-être?

Vous trouverez ci-après les réponses à ces questions et d’autres informations tout aussi importantes. 

young woman feeling a mix of emotions

La dépression – définition

Mais commençons par le commencement! Comment définir le terme «dépression»? L’Organisation mondiale de la santé la décrit comme un trouble mental.

Les symptômes courants de la dépression sont :

La dépression n’est en aucun cas un signe de faiblesse personnelle, mais bien une maladie. En règle générale, elle n’apparaît pas du jour au lendemain, mais s’insinue petit à petit dans l’existence. Il est donc d’autant plus difficile pour les personnes concernées de reconnaître leur dépression.

Cela est particulièrement vrai pour les personnes ne s’étant encore jamais intéressées de près au thème de la santé mentale. En 2017, un peu moins de 9% des Suisses ont souffert de dépression, mais le nombre de cas non signalés est probablement beaucoup plus élevé. Ils étaient 15% à avoir fait état d’un stress psychologique moyen à élevé. Et seulement 6% de la population a cherché à se faire soigner pour des problèmes de santé mentale.

Cela signifie qu’une personne sur quatre seulement a eu recours à une aide professionnelle. Ce seul chiffre illustre à quel point l’information est cruciale. Un travail de sensibilisation est nécessaire pour montrer que la dépression est une maladie grave dont personne ne doit avoir honte.

L’Organisation mondiale de la santé prévoit par ailleurs qu’au cours de la prochaine décennie, la dépression représentera la plus grande charge de morbidité dans les pays industrialisés. Elle dépasserait ainsi les maladies cardiovasculaires.

Comment la dépression affecte le bien-être général

La dépression affecte dans les mêmes proportions le comportement, les émotions et les pensées; elle a également un impact sur le bien-être physique. Ce faisant, elle prive indiscutablement la personne concernée d’une précieuse qualité de vie. L’une des raisons à cela est que la dépression entraîne une baisse des neurotransmetteurs dans le cerveau.

Comme dans le cas de nombreux troubles mentaux, les symptômes précis et les traitements sont tout à fait individuels, à l’instar des causes. Dans certains cas, la dépression est précédée d’une détresse personnelle, souvent sur le plan émotionnel. Dans d’autres cas, aucun déclencheur précis ne peut être défini.

La durée diffère également d’une personne à l’autre. Une dépression peut durer quelques semaines ou plusieurs mois. Les dépressions chroniques qui entraînent un stress à long terme sont également assez courantes. Dans la majorité des cas, cependant, le trouble se manifeste par phases.

Comment reconnaître et distinguer la dépression d’une déprime prolongée?

young woman withdrawn into a corner

Le découragement et la tristesse sont des sentiments tout à fait normaux que chaque personne éprouve au cours de sa vie. Ils ne se transforment pas nécessairement en dépression. Ces émotions sont temporaires et s’estompent dès que leurs déclencheurs ont été traités mentalement.

En outre, elles perturbent nettement moins la vie quotidienne que le fait la dépression. Les personnes qui souffrent de ce trouble mental ont du mal à s’en défaire. Selon sa gravité, les pensées et les sentiments négatifs sont présents de manière quasi permanente et déterminent de manière significative le quotidien.

Quels sont les symptômes de la dépression?

La dépression peut être catégorisée comme suit:

Dépression :

 

Pour pouvoir classer l’étendue du trouble mental dans l’une de ces catégories, il faut donc séparer les symptômes majeurs des symptômes secondaires. Tout d’abord, examinons les symptômes majeurs. Le premier et le plus important d’entre eux est l’humeur dépressive. L’abattement, le manque d’entrain, une profonde tristesse et même le désespoir peuvent s’installer.

Le manque d’intérêt

 

Certains malades, en revanche, ressentent un vide intérieur et ne sont pratiquement plus capables d’éprouver quoi que ce soit. Ce symptôme est particulièrement prononcé le matin. Le manque d’intérêt est un autre symptôme majeur. Ce qui était auparavant très amusant ne revêt plus qu’une importance secondaire et semble insignifiant.

Le manque de dynamisme et de motivation

 

Apprendre de nouvelles choses? S’informer des événements de la journée? Savoir comment vont la famille et les amis? Tout ça devient secondaire. Il y a non seulement un manque d’intérêt, mais aussi un manque de dynamisme – un troisième symptôme majeur révélateur de dépression. Les choses du quotidien se transforment en fardeau, voire en épreuves insurmontables.

La motivation à faire quelque chose de sa journée et à être productif fait défaut. Cela va même parfois si loin que le simple fait de sortir de son lit le matin devient un tour de force. La fatigue accrue – également un symptôme majeur – n’arrange rien.

Les troubles du sommeil

Malgré un sommeil suffisant, les personnes atteintes se sentent presque constamment fatiguées et épuisées. À un certain moment, des troubles du sommeil peuvent survenir, ce qui induit des symptômes supplémentaires. Si l’on consacre la majorité de son temps à dormir, le biorythme finit par être complètement perturbé.

À l’heure du coucher, les personnes atteintes ne parviennent pas à trouver leur calme et se retournent sans cesse. Il n’est donc pas surprenant que la fatigue se manifeste pendant la journée. Un cercle vicieux s’installe rapidement.

Un aperçu des autres symptômes secondaires potentiels

discouraged young man who doesn't know what to do and is holding his head

De nombreuses personnes souffrant de ce trouble mental voient leur estime de soi diminuer. Elles ont le sentiment de ne pas en faire assez et de ne pas mériter de reconnaissance. Par conséquent, elles évitent le contact avec les autres. Elles n’aiment pas non plus parler de leurs problèmes. Elles craignent d’ennuyer leurs semblables et pensent que les autres méritent davantage d’être aidés.

Cela peut également s’accompagner d’un sentiment de culpabilité. Fréquemment, elles se reprochent tout ce qui est négatif autour d’eux. Il en va de même pour leur propre état d’esprit. Elles se condamnent elles-mêmes et ne font ainsi que s’enfoncer davantage dans la dépression.

La dépression affecte également la cognition. L’accent est mis sur les aspects négatifs. Les individus dépressifs ont tendance à présenter les choses sous un mauvais jour. Le pessimisme les envahit et même les choses les plus simples deviennent des tâches colossales. Ils se disent souvent qu’ils ne peuvent de toute façon pas faire ce qui les attend de manière satisfaisante.

L’apathie, la lassitude et la perception négative affectent également leur corps, influençant leurs expressions faciales, leurs gestes et leur posture. Leurs mouvements sont plus lents et leurs expressions faciales moins variées. La plupart du temps, leur regard est vide. Cependant, certaines personnes dépressives éprouvent l’envie irrépressible, voire lancinante, de bouger.

Elles se livrent souvent à une introspection accrue. Le moindre problème de santé peut faire craindre la présence d’une maladie physique grave. Il arrive également que les symptômes physiques masquent les symptômes psychologiques. On parle alors d’une dépression «masquée».

Outre les troubles du sommeil déjà mentionnés, d’autres problèmes peuvent survenir:

Les options de traitement de la dépression

depressed woman sitting on a chair looking out the window

Plus vite la dépression est reconnue et traitée, plus vite des améliorations seront constatées. Il est donc d’autant plus important de prendre les symptômes au sérieux et de faire appel rapidement à une aide professionnelle. Cela permet de réduire également le risque de dépression chronique. En règle générale, le traitement commence par une psychothérapie; en fonction de la gravité, il est soutenu par des médicaments.

La dépression ne se guérit pas du jour au lendemain. La thérapie prend du temps et exige donc de la patience de la part du patient. Son engagement est également requis, car seules les personnes acceptant de suivre des méthodes psychothérapeutiques pourront surmonter leur trouble mental.

La psychothérapie repose sur l’hypothèse que la dépression est déclenchée par des expériences traumatisantes que la personne touchée n’a jamais complètement traitées. Il peut s’agir de pertes significatives, de maladies ou de lourds fardeaux émotionnels. Ces questions doivent être abordées lors des entretiens. Le psychothérapeute parcourt ce chemin avec son patient et le guide dans la bonne direction.

Il découvre ses pensées et ses schémas négatifs et, de concert avec lui, en recherche les causes. Ces dernières font l’objet d’un traitement et le thérapeute attire l’attention sur tous les aspects positifs de la vie. Les schémas de pensée et de comportement s’adaptent en conséquence. Un autre point important est l’apprentissage de stratégies permettant de faire face plus facilement aux situations qui favorisent la dépression.

Traiter la dépression par des médicaments

L’antidépresseur est probablement le médicament le plus connu pour les troubles mentaux de ce type. Il est utilisé en cas de dépression grave – parfois aussi lorsque la personne concernée ne peut pas s’engager dans une psychothérapie. Il convient toutefois de mentionner que l’effet de ce médicament met souvent plusieurs semaines à se manifester et n’est pas garanti.

Certaines personnes réagissent très bien aux antidépresseurs, tandis que d’autres en ressentent surtout les effets secondaires. Il existe également un risque de dépendance après l’arrêt du traitement. Il est donc essentiel de suivre les instructions du médecin traitant lors de la prise de ce médicament.

Les médecins prescrivent de plus en plus souvent des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN) qui, par rapport aux antidépresseurs, présentent beaucoup moins d’effets secondaires. Leur mode d’action s’explique facilement. Ils augmentent le taux de sérotonine dans le cerveau, c’est-à-dire qu’ils stimulent la libération de l’hormone du bonheur, et améliorent ainsi l’humeur.

En cas de dépression légère ou modérée, les personnes concernées peuvent également compter sur l’aide de la nature. Les préparations à base de millepertuis se sont avérées efficaces dans ce contexte. Toutefois, la prudence est de mise en raison des interactions possibles. Ces préparations peuvent en effet altérer l’efficacité de la contraception hormonale ainsi que des médicaments utilisés pour traiter l’épilepsie et fluidifier le sang.

Privilégier l’activité en cas de dépression

Toute personne souffrant de dépression doit absolument prendre sa condition au sérieux et demander l’aide d’un professionnel. Mais les personnes concernées peuvent aussi contribuer elles-mêmes au processus de rétablissement. Il est très utile de fixer certains points de repère permettant de structurer la vie quotidienne. Un horaire clair donne un fil rouge tout au long de la journée.

Même les démarches considérées comme élémentaires, telles que se lever, se brosser les dents, effectuer les tâches ménagères et autres, trouvent leur place sur la liste. Cocher toutes ces activités renforce le sentiment d’avoir accompli quelque chose et procure sans cesse un petit sentiment de réussite. L’idéal est d’associer des plages horaires à tous ces points.

Il importe de rester réaliste. Il est inutile de charger le programme quotidien d’innombrables activités si la majorité d’entre elles ne sont en fin de compte pas réalisées. Cela transformerait les petites impressions de réussite en sentiments d’échec. L’activité physique doit également faire partie intégrante de la routine quotidienne. Le corps et l’esprit en bénéficient l’un et l’autre. Même une petite promenade quotidienne peut aider à soulager le stress et à gérer les pensées oppressantes.

Il est aussi nécessaire de ponctuer le programme quotidien de repas réguliers, en particulier lorsque la dépression s’accompagne d’une perte d’appétit. Si on ne mange pas assez, l’énergie vient à manquer et, à un moment donné, les substances vitales font défaut, ce qui entraîne encore plus d’apathie et de fatigue.

Confiez-vous à votre coach

Personne ne doit rester seul face à la dépression. Êtes-vous vous aussi concerné? Alors, parlez-en ouvertement avec vos confidents les plus proches, même si c’est difficile. Veillez à maintenir le contact; vous éviterez ainsi de vous renfermer de plus en plus. Les coachs de Vivapp sont à vos côtés et disponibles lorsque vous avez besoin de soutien.

Les psychologues et les coachs de vie professionnels vous aident à faire face aux défis du quotidien. Qu’il s’agisse de questions personnelles, liées à votre travail ou à votre famille, vous pouvez parler de tout ce qui vous touche à des spécialistes expérimentés. Choisissez votre coach maintenant!

Découvrez Vivapp !
logo vivapp